Gayttitude-Psychologie

Gayttitude-Psychologie est une association qui a pour but de proposer une aide psychologique aux homosexuel(le)s, bisexuel(le)s et transgenres ainsi qu’à toute personne concernée par une de ces orientations sexuelles. Que vous rencontriez par exemple des problèmes d’acceptation quant à votre identité sexuelle, que vous vous découvriez homosexuel sur le tard et que vous ayez du mal à le gérer ou que vous ayez des bleus à l'âme tout simplement, Gayttitude-Psychologie vous offre un vaste choix de réponse. L’association vous oriente vers des praticiens professionnels (psychanalystes, psychothérapeutes, psychologues…) qui ont une expérience accrue dans le traitement de ces problématiques.
Contactez Gayttitude-Psychologie via le web : http://www.gayttitude-psychologie.org/ ou par téléphone : 01 30 39 29 52 ou 0 677 651 541

Roger Francart de Gayttitude-Psychologie nous répond :

Gayfrance : Comment est née Gayttitude-Psychologie ?
Roger Francart :
Gayttitude-Psychologie est née d’une vraie volonté d’aider les personnes en difficultés psychologiques. Notre but n’est pas de faire un racolage de clientèle pour des professionnels mais d’aider et d’orienter des personnes en désarroi vers des psychologues, des psychothérapeutes et des psychanalystes qui sont un peu plus sensibilisés sur les problèmes liés à l’identité sexuelle et à la genralité.

GF : Qui sont les praticiens qui travaillent pour vous ?
RF :
Ce sont tous des professionnels. Certains sont membres de l’association (ceux qui viennent animer les groupes) d’autres non. J’insiste sur le caractère extrêmement sérieux de la chose. Nous demandons les diplômes, les cursus etc avant de « recruter » un professionnel. De plus, chaque praticien doit signer le code de déontologie (accessible par tous sur le site). Nous nous engageons à ce que nos professionnels aient une réelle formation.

GF : Quelques statistiques sur les gens qui vous contactent ?
RF :
95% d’hommes et très peu de femmes, seulement 5%. Comme quoi le lesbianisme se vit aujourd’hui bien mieux que l’homosexualité masculine dans notre société.

GF : Pouvez-vous nous parler de Gender ?
RF :
Gender n’est pas encore très connu. C’est pour l’heure un grand groupe de travail où se retrouvent des psys (au sens large du terme), des hommes de loi (principalement des avocats), des philosophes et des professionnels médicaux (chirurgiens, endocrinologues, urologues). Nous essayons de mettre nos réflexions en commun sur le thème de l’identité de genre et du transsexualisme. Notre objectif qui peut-être est utopique est de tenter de faire exister une formation universitaire basée sur l’identité de genre et le transsexualisme. Former des gens pour travailler sur ces problématiques, en quelques sortes. Mais nous n’en sommes pas encore là, on se réunit régulièrement et on essaye de mettre en commun nos réflexions sur ces thèmes.

GF : L’évolution de Gayttitude-Psychologie pour 2005 ?
RF :
Nous ouvrir encore plus largement. Continuer à travailler avec d’autres et notamment avec différents espaces comme nous l’avons fait pour le féminisme en fin d’année dernière ou comme nous le faisons actuellement avec « L’espace du possible » sur un travail de réflexion autour du thème des minorités (sexuelles, raciales ou religieuses).

Article du site de gayfrance.fr